Grande Synthe



Association Forbach : convoi Emmaüs pour Grande-Synthe

Emmaüs Forbach est solidaire des migrants de Grande-Synthe. Ce jeudi matin, un camion chargé de vêtements d’hiver, de couvertures et produits d’hygiène a pris la route du Nord.

Jeudi matin, le camion a été chargé, d’abord à Emmaüs puis à Tri d’Union qui a fourni vêtements, chaussures, couvertures. Angelo, Monique et Geoffrey ont pris la route de Grande-Synthe dans la foulée.  Photo Josette BRIOT

Ce n’est pas la première fois qu’Emmaüs organise des convois humanitaires. « Cette fois, on va à Grande-Synthe, près de Dunkerque, pour venir en aide aux migrants », explique Angelo Ancel, responsable animateur. Accompagné de Mireille, agent d’accueil à la communauté et Geoffrey, compagnon, il a pris la route du nord ce jeudi matin à bord d’un camion chargé d’une tonne de matériel. « Il y a des vêtements chauds, des chaussures, des couvertures, une tente, des produits d’hygiène », précise Angelo, impatient de vivre cette première expérience. « Je suis déjà allé plusieurs fois en Roumanie, mais pour nous cette action sur le terrain avec les migrants est une vraie découverte. »

Emmaüs Grande-Synthe organise l’aide humanitaire pour les migrants. À l’approche de l’hiver, elle a fait appel à toutes les autres communautés de France pour l’apport de matériel.

Des compagnons solidaires

« Notre Copra (Comité de propositions, de réflexion et d’actions), où siègent sept compagnons gère tout ce qui est loisirs et solidarité dans notre communauté, dit Angelo. Dans ce cadre il a décidé de faire cette opération. Nous avons lancé un appel aux bénévoles et ces quinze derniers jours nous avons eu des dons réguliers. Nous avons également demandé l’appui de Tri d’Union pour tout ce qui est textile, sacs à dos, et chaussures. La seule chose qui nous manque vraiment ce sont des tentes. »

 

Sur place, Angelo, Monique et Geoffrey sont accueillis par leurs amis compagnons de Grande-Synthe. « On ne sait pas trop comment va se passer la distribution car les forces de l’ordre ont démonté le camp il y a deux jours. 2 000 migrants y vivaient. On va sans doute devoir faire de la maraude pour les trouver car ceux qui ont réussi à fuir doivent se cacher et sont dans la peur », s’inquiète un peu Angelo. Le retour du trio pour Forbach est prévu ce samedi.

Josette BRIOT

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *